Émigrer en Thaïlande : au pays du sourire

Publié le : 20 janvier 202340 mins de lecture

Un climat ensoleillé, des plages de rêve et un coût de la vie peu élevé – même si la Thaïlande n’est pas un pays d’immigration classique, de nombreuses personnes désireuses d’émigrer y sont attirées. Cependant, l’immigration permanente est difficile et ceux qui l’ont faite doivent connaître certaines particularités juridiques et culturelles. Avec ce guide, les émigrants sont bien préparés pour leur nouveau départ au pays du sourire.

Ce sont surtout les plages fantastiques qui éveillent chez beaucoup le rêve d’émigrer en Thaïlande. Un séjour permanent dans cet État d’Asie du Sud-Est n’est cependant pas si facile.

La Thaïlande n’est pas seulement une destination de vacances populaire, mais aussi une destination de rêve pour de nombreux émigrants d’Allemagne. Les retraités en particulier aiment passer leurs vieux jours sur les plages pittoresques de Thaïlande. Il n’est pas facile d’émigrer vers cet État insulaire d’Asie du Sud-Est. Depuis la demande de visa, en passant par le déménagement et les premiers pas dans le nouveau pays d’origine, jusqu’à la recherche d’un appartement, les émigrants doivent surmonter plusieurs obstacles. Notre guide explique les points les plus importants et vous guide à travers les nombreuses particularités juridiques et culturelles du pays.

Royaume de Thaïlande : Faits et chiffres

Forme de l’État : monarchie constitutionnelle

Chef de l’État : le roi Maha Vajiralongkorn Bodindradebayavarangkun

Capitale : Bangkok avec environ 12 millions d’habitants

Climat : saison tropicale, pluvieuse de mai à octobre

Monnaie nationale : Baht (THB) ; 38,15 Baht = 1 Euro (taux de change moyen annuel 2018)

Nombre d’habitants : environ 67,2 millions ; la plupart sont des Thaïlandais de souche et environ deux millions de Malais, ainsi que des peuples dits montagnards et des religions khmère, vietnamienne, chinoise, indienne, birmane et népalaise.

La majorité de la population est bouddhiste (environ 95 %). L’islam est très répandu dans les régions du sud (environ 4 %). Il y a aussi un petit nombre de chrétiens, d’hindous et d’animistes.

Permis de séjour et permis de travail

Organiser un déménagement, vérifier l’assurance, se faire radier, voilà ce que les émigrants doivent faire avant leur départ :

Premières étapes et règles de conduite en Thaïlande

  • Louer en Thaïlande : ce que les émigrants doivent envisager

  • Acheter un bien en Thaïlande : comment procéder

Plan de l’article

Permis de séjour et de travail

La Thaïlande ne se considère pas comme un pays d’immigration classique qui veut attirer un grand nombre d’immigrants. C’est pourquoi les personnes désireuses d’émigrer n’ont que des chances très limitées d’obtenir un visa de résident pour la résidence permanente. Mais même un séjour à long terme, voire permanent, dans le pays n’est possible que dans certaines circonstances et n’est pas réaliste pour tout fan de la Thaïlande.

Séjour plus long avec un visa de touriste ou un visa de non-immigrant

Tout voyageur qui se rend en Thaïlande peut rester dans le pays pendant 30 jours sans visa. Ceux qui veulent rester plus longtemps doivent demander un visa de tourisme, qui permet un séjour de 60 jours maximum, ou un visa de non-immigrant, dont le titulaire peut rester dans le pays jusqu’à 90 jours.

Pour les deux variantes, il existe également la possibilité d’entrées multiples (M). Cela signifie que les titulaires de visa peuvent entrer et sortir plusieurs fois au cours d’une année et rester 60 ou 90 jours par entrée. L’essentiel est que les demandeurs peuvent rester plus longtemps en Thaïlande grâce à cette option et demander une prolongation si nécessaire.

Si vous souhaitez quitter la Thaïlande pendant la durée de validité de votre visa et rentrer ensuite dans le pays, vous devez demander un permis de réadmission (Re-Entry-Permit) au bureau de l’immigration en Thaïlande avant de quitter le pays. Les voyageurs doivent s’en occuper avant de quitter le pays. Sinon, ils risquent de perdre leur visa au moment du départ.

Visa de long séjour pour les retraités non immigrés

Les retraités sont les plus à l’aise lorsqu’il s’agit de délivrer des visas. Vous avez la possibilité de rester longtemps dans le pays avec un visa de long séjour – également appelé visa de retraité. La règle est que les retraités doivent être âgés d’au moins 50 ans et doivent fournir la preuve d’un certain revenu de pension ou d’avoirs en espèces.

De nombreux retraités choisissent le visa O-A non-immigrant. Après l’entrée, le détenteur du visa peut rester dans le pays pendant 365 jours, mais doit se présenter au bureau de l’immigration en Thaïlande tous les 90 jours. Il est possible de quitter le pays à tout moment, mais à l’entrée, les 90 jours recommencent depuis le début. Toutefois, les 365 jours ne sont pas prolongés et le visa doit être renouvelé à la date inscrite dans le passeport.

Avec un visa de non-immigrant O-X, les retraités peuvent même rester en Thaïlande jusqu’à dix ans. Bien que le visa ne soit initialement délivré que pour cinq ans, il peut ensuite être prolongé pour cinq ans supplémentaires à l’Office de l’immigration. Toutefois, les retraités doivent déposer un montant minimum de trois millions de baht (environ 85 000 euros) dans une banque thaïlandaise, qui ne peut être retiré pendant un an. Une autre condition est que le demandeur souscrive à une assurance maladie thaïlandaise et ne souffre pas de certaines maladies, comme la tuberculose ou la syphilis.

Un dépassement de séjour est sévèrement puni

Si vous restez en Thaïlande plus longtemps que ne le permet votre visa (dépassement de la durée de séjour autorisée), vous risquez de lourdes amendes. Pour un dépassement de séjour de 40 jours maximum, par exemple, une amende forfaitaire de 500 bahts par jour de séjour supplémentaire jusqu’à un maximum de 20 000 bahts sera imposée. Dans le pire des cas, les autorités thaïlandaises peuvent même imposer une détention pour expulsion et une interdiction de réadmission.

Le chemin difficile vers la résidence permanente

Lorsqu’il s’agit d’obtenir un visa de résidence permanente, les choses se compliquent. Seuls ceux qui ont été autorisés à rester en Thaïlande pendant au moins trois années consécutives sur la base d’un visa de non-immigrant ont une chance d’obtenir un tel visa. Cela n’est généralement possible que par le biais d’une prolongation continue des visas.

« Obtenir le statut de résident permanent est extrêmement difficile. Aucun de mes clients n’a ce statut. La plupart des immigrants ont un visa annuel de retraité, qui est renouvelé chaque année », a souligné Christian Steinbach. Il travaille comme agent immobilier en Thaïlande pour la société Hua Hin Property Partner Co.,Ltd. et connaît très bien le marché ainsi que le pays et les gens. « Pour un immigrant normal, les exigences pour un visa de résidence permanente sont tout simplement trop élevées. Par exemple, ils doivent pouvoir parler couramment le thaï, chanter l’hymne national ou donner une heure d’interview en thaï », explique l’expert thaïlandais.

Un obstacle supplémentaire est le fait que l’État thaïlandais n’accorde des visas de résident qu’à 100 personnes d’une même nationalité chaque année. Les candidats doivent également appartenir à l’une des cinq catégories pour lesquelles l’État thaïlandais a fixé des exigences particulières. Par exemple, les personnes qui ont investi une certaine somme d’argent dans une entreprise thaïlandaise ont de bonnes chances. Mais les salariés qui disposent d’un certain revenu minimum peuvent également tenter leur chance.

Si vous souhaitez vérifier vos chances d’obtenir un visa de résidence permanente, vous devez contacter directement le bureau de l’immigration en Thaïlande et obtenir des conseils.

Travailler en Thaïlande

Ce sont surtout les jeunes immigrés thaïlandais qui veulent y travailler. L’exigence de base est un permis de travail. Les chances d’obtenir un emploi et un permis de travail sont principalement données à des spécialistes et des experts bien qualifiés.

Les travailleurs ont besoin d’un permis de travail pour travailler en Thaïlande. Celle-ci n’est à son tour accordée qu’à ceux qui peuvent présenter une offre d’emploi. Les personnes particulièrement qualifiées ont de bonnes perspectives.

Ceux qui veulent demander un permis de travail ont besoin d’un visa de non-immigrant « B » (affaires et travail) ou sont titulaires d’un visa de résident. Le permis de travail doit être demandé auprès du ministère de l’emploi en Thaïlande.

La procédure standard pour les étrangers qui ont un employeur potentiel en Thaïlande et qui peuvent fournir tous les documents nécessaires est la suivante : tout d’abord, les titulaires doivent entrer avec leur visa d’affaires pour non-immigrant, qui est valable 90 jours. Après leur entrée, ils peuvent ensuite demander un permis de travail temporaire au ministère de l’emploi, puis un séjour prolongé d’un an maximum. Le permis de séjour et de travail peut alors être prolongé à plusieurs reprises. Le permis de travail n’est valable que pour l’entreprise et l’emploi pour lesquels il a été demandé. Les étrangers doivent toujours avoir leur permis de travail sur eux, en particulier sur leur lieu de travail.

Vous trouverez ici de plus amples informations sur la manière de demander un permis de travail pour les émigrants désireux de travailler.

Si vous recherchez un emploi en Thaïlande, vous pouvez d’abord vous rendre sur des sites d’emploi. Fondamentalement, plus la qualification est élevée, plus les candidats ont de chances de trouver un emploi adéquat. Les agences pour l’emploi sont également heureuses de proposer leurs services aux travailleurs étrangers, mais généralement moyennant des frais de placement élevés.

Les étrangers qui travaillent sur place pour une entreprise thaïlandaise doivent également noter que le niveau des salaires en Thaïlande n’est pas comparable à celui de l’Allemagne. Il serait peut-être préférable pour eux de travailler pour une entreprise étrangère basée en Thaïlande.

Un visa intelligent pour les investisseurs et les professionnels hautement qualifiés

Avec le programme de visa intelligent, la Thaïlande veut attirer des professionnels et des investisseurs hautement qualifiés dans le pays. Ceux qui reçoivent un visa intelligent sont autorisés à rester en Thaïlande pendant quatre ans et bénéficient d’un certain nombre d’avantages. Par exemple, les détenteurs de visas intelligents n’ont pas besoin de demander un permis de travail.

Vous trouverez ici des informations détaillées sur les critères auxquels vous devez répondre pour demander un visa intelligent.

Toutefois, cela est soumis à la condition qu’ils opèrent dans des secteurs spécifiques (industries ciblées). À l’heure actuelle, il s’agit par exemple de l’automatisation et de la robotique, de l’électronique intelligente, du développement de voitures automotrices, mais aussi de l’agriculture et de la biotechnologie.

Une liste complète de toutes les industries ciblées se trouve sur cette page du Conseil thaïlandais de l’investissement.

L’organisation d’un déménagement, le contrôle des assurances, la radiation de l’état civil sont autant de démarches à effectuer par les émigrants avant leur départ

Avant de partir pour la Thaïlande, les émigrants doivent encore s’occuper de certaines tâches d’organisation. Tout d’abord, il y a l’une ou l’autre tâche administrative et aussi la question de savoir si les propres biens doivent être transférés en Thaïlande complètement avec eux, ils doivent y réfléchir attentivement.

Déménagement de meubles et d’objets

Si vous voulez déménager en Thaïlande avec tout votre ménage, vous devrez puiser profondément dans vos poches, selon la taille de votre ménage. Il est donc préférable que les émigrants fassent un bon nettoyage, car chaque kilo supplémentaire coûte de l’argent et doit être transporté à l’autre bout du monde.

Cependant, il n’est pas absolument nécessaire de déménager tous vos biens, car les appartements en Thaïlande sont généralement loués entièrement meublés. Les émigrants peuvent donc se passer d’emporter des meubles. « Habituellement, vous n’avez même pas besoin d’apporter des assiettes », ajoute Steinbach, un expert de la Thaïlande.

Si les émigrants emballent leurs cartons de déménagement avec prévoyance, cela permet d’économiser beaucoup de temps, d’efforts et de travail inutile. Notre texte guide fournit des conseils à cet effet.

Une fois que tout est emballé pour être emmené en Thaïlande, les biens sont généralement expédiés. À cette fin, les émigrants peuvent engager une agence de transport active au niveau international.

Importation de chats et de chiens

Si la plupart des émigrants trouvent encore facile de séparer certains meubles, la situation est différente lorsque les animaux domestiques sont laissés derrière eux. Les propriétaires d’animaux ne veulent généralement pas se séparer de leurs animaux lorsqu’ils déménagent en Thaïlande. L’importation de chiens et de chats n’est généralement pas un problème non plus, à condition que les animaux soient en bonne santé et vaccinés contre la rage et d’autres maladies. Les propriétaires d’animaux de compagnie doivent le prouver afin d’obtenir un permis d’importation pour leurs animaux.

En principe, cependant, l’importation des deux races de chiens Pitbull Terrier et American Staffordshire Terrier est interdite.

Le site web du ministère thaïlandais de l’agriculture explique comment et où les propriétaires d’animaux de compagnie peuvent demander un permis d’importation et décrit la procédure d’importation.

Pour tous les animaux domestiques importés en Thaïlande, ils doivent d’abord être placés dans une station de quarantaine pendant 30 jours après leur arrivée.

Les drogues et les cigarettes électroniques sont strictement interdites

Fumer des e-cigarettes est interdit en Thaïlande. Les infractions sont sanctionnées par de lourdes amendes.

Ceux qui préfèrent la version électronique aux cigarettes conventionnelles doivent savoir que l’importation des e-steamers et du liquide associé est interdite. Il n’est pas non plus permis d’emporter le vaper avec vous. Quiconque est surpris à fumer des e-cigarettes en Thaïlande doit également s’attendre à de lourdes amendes.

Les autorités thaïlandaises sont particulièrement strictes en ce qui concerne les drogues. L’acquisition, la possession ou la distribution ainsi que l’importation et l’exportation de drogues de toutes sortes sont sévèrement punies. Même la possession de petites quantités de drogue peut entraîner des peines de prison draconiennes. En Thaïlande, certaines infractions sont même passibles de la peine de mort, qui après neuf ans de suspension a été rétablie en juin 2018.

Se faire radier d’Allemagne

Avant le départ des émigrants thaïlandais, une visite officielle supplémentaire au moins est nécessaire, car ceux qui déplacent leur résidence à l’étranger doivent s’inscrire au bureau d’enregistrement. Selon le paragraphe 17 de la loi fédérale sur l’enregistrement, la radiation est possible au plus tôt une semaine avant le déménagement.

La loi fédérale sur l’enregistrement régit les délais et les règles applicables en cas de déménagement à l’étranger, vous pouvez en savoir plus à ce sujet dans notre guide.

Les émigrants doivent toujours obtenir une attestation de départ. Vous en aurez besoin pour la présentation aux missions allemandes à l’étranger en Thaïlande. Les employés peuvent alors changer leur lieu de résidence dans leur passeport, par exemple.

Vous trouverez une liste des missions allemandes en Thaïlande sur le site du ministère fédéral des affaires étrangères.

Toutefois, les personnes qui se désinscrivent et leurs familles en Allemagne doivent s’attendre à ce que, par exemple, leur droit aux allocations familiales soit également supprimé. La participation aux élections n’est également possible qu’avec une demande séparée.

Vérifier la couverture de l’assurance maladie

Le niveau de service dans les hôpitaux publics thaïlandais n’est pas comparable à celui des hôpitaux allemands. 

Dans tous les cas, les émigrants doivent s’assurer qu’ils disposent d’une couverture d’assurance maladie suffisante. La plupart des compagnies d’assurance maladie privées et publiques ne paient généralement pas pour les services fournis dans les pays tiers. Les émigrants ont donc trois options :

– Vous pouvez, par exemple, souscrire une assurance maladie à l’étranger. Toutefois, de nombreux assureurs ne proposent cette possibilité que pour un séjour temporaire à l’étranger.

– Les émigrants peuvent également souscrire une assurance maladie thaïlandaise. L’avantage est que les hôpitaux thaïlandais se règlent ensuite directement avec cette assurance. Si les patients sont assurés auprès d’une compagnie d’assurance étrangère, il est souvent exigé que les patients avancent les coûts du traitement.

– La troisième option consiste à ne pas être assuré et à payer tous les frais de sa propre poche. Certains émigrants le font parce que les coûts de traitement en Thaïlande sont beaucoup moins élevés qu’en Allemagne. Cela est particulièrement vrai lorsque les malades sont traités dans un hôpital public. Cependant, le service est alors également assez faible. Vous devrez peut-être vous contenter d’un siège dans le couloir. En outre, il est courant en Thaïlande que les patients s’occupent de leurs proches et non du personnel infirmier.

Dans les cliniques privées, la situation est différente, mais là, non seulement les commodités mais aussi les coûts sont nettement plus élevés. Par exemple, si vous souffrez d’une maladie cardiaque et que vous avez besoin d’un traitement complet en cas d’urgence, vous pouvez investir dans une assurance. Dans le cas contraire, les coûts de traitement menacent d’épuiser rapidement vos économies.

Paiement des pensions et droits à pension

En Thaïlande, ce sont surtout les retraités qui veulent y passer leurs années de retraite et, de préférence, y faire verser leur pension. Bien qu’il n’y ait pas d’accord de sécurité sociale entre l’Allemagne et la Thaïlande, la pension peut être versée à la Thaïlande sans problème.

Pour les salariés, en revanche, la situation n’est pas aussi bonne. S’ils travaillent en Thaïlande, ils ne sont en principe plus assurés à l’assurance pension allemande et ne peuvent donc prétendre à aucun droit à pension en Allemagne pour cette période.

La situation est différente si les travailleurs sont employés par une entreprise basée en Allemagne et sont envoyés en Thaïlande pour y travailler. Dans ce cas, ils peuvent continuer à être assurés en vertu de la législation allemande. L’assurance obligatoire est également possible sur demande. Cependant, les deux ne sont possibles que si le séjour à l’étranger est limité dans le temps dès le début. Il n’y a cependant pas de limites de temps précises. Dans certaines circonstances, la période peut également être de dix ans.

Premiers pas et règles de conduite en Thaïlande

Toutefois, certaines questions d’organisation ne peuvent être traitées que sur place. Par exemple, la demande de permis de conduire thaïlandais. Si vous souhaitez vivre en Thaïlande de manière permanente, vous devez également vous familiariser avec certaines caractéristiques et règles de conduite spécifiques au pays. Sinon, il peut facilement arriver que vous mettiez le pied à terre lorsque vous traitez avec des Thaïlandais, ou pire, que vous soyez condamné pour un acte considéré comme une infraction pénale.

Règles de conduite particulières : ces dont devraient connaître les émigrants

Le fait de toucher les gens sans y être invité est généralement considéré comme inconvenant en Thaïlande. Il est notamment interdit aux femmes de toucher les moines bouddhistes.

D’autres pays, d’autres coutumes, c’est comme ça en Thaïlande aussi. Dans cet État d’Asie du Sud-Est s’appliquent certaines règles de conduite qui peuvent sembler étranges aux Européens au premier abord. Mais si vous voulez être heureux en permanence en Thaïlande, vous devez absolument les observer.

L’insulte à la royauté est un délit punissable : en aucun cas, les émigrants ne doivent insulter la famille royale thaïlandaise de quelque manière que ce soit. En Thaïlande, le roi n’est pas seulement le chef de l’État, mais il est aussi considéré comme le gardien suprême de la religion. Les remarques désobligeantes ou critiques peuvent être sanctionnées par des peines de prison allant jusqu’à 15 ans. Les critiques à l’égard du gouvernement ou de la situation du pays peuvent également être sanctionnées par le droit pénal.

Toucher une personne, surtout sur la tête, est considéré comme indécent et peut être considéré comme un manque de respect. Les émigrants devraient donc être plus réservés à cet égard et prêter attention à la réaction de l’autre personne. Ils ne doivent pas non plus tapoter les enfants sur la tête.

Les émigrants ne doivent surtout pas pointer leur pied vers ou directement vers une personne, pas même lorsqu’ils sont assis. La plante du pied ne doit pas non plus être dirigée vers une image royale ou un moine bouddhiste.

Il est également interdit aux femmes de toucher un moine ou sa robe.

Pas de baisers : L’échange d’affection, par exemple avec votre partenaire, n’est pas non plus apprécié en public. Les Thaïlandais sont très conservateurs à cet égard.

Toute personne qui s’endette en Thaïlande doit s’attendre à une longue détention préventive, à une représentation juridique inadéquate et coûteuse et à de dures conditions carcérales. Les procédures pénales sont souvent longues et ne peuvent être comparées aux normes allemandes de l’État de droit. En outre, toute condamnation pour une infraction pénale, même pour des délits mineurs, entraîne l’expulsion et une interdiction illimitée de réadmission en Thaïlande.

Au lieu de cela, il est conseillé de toujours afficher un sourire. Ce n’est pas pour rien que la Thaïlande est appelée le pays du sourire. Le sourire appartient fermement à la culture thaïlandaise.

Demander un permis de conduire thaïlandais

De nombreux émigrants souhaitent également être aussi flexibles et mobiles que possible en Thaïlande. Toutefois, le permis de conduire allemand ne permet de conduire un véhicule en Thaïlande qu’en combinaison avec un permis de conduire international. Le permis de conduire international peut déjà être demandé en Allemagne,                  mais attention : en Thaïlande, seul le permis de conduire international selon la Convention internationale sur les véhicules à moteur du 24 avril 1926 (Convention de Paris) est reconnu.

Toutefois, au plus tard après trois mois, un permis de conduire thaïlandais est exigé. Pour cela, les émigrants doivent faire changer leur permis de conduire allemand en un permis de conduire thaïlandais au ministère des transports terrestres. Cette autorité se trouve dans toutes les grandes villes. Le permis de conduire thaïlandais est généralement délivré pour deux ans. Après cette période, ils peuvent demander un permis de conduire d’une durée de validité de cinq ans.

Pour obtenir des informations sur les autres formalités à remplir lors de la demande, les émigrants doivent consulter le site web du ministère des transports terrestres.

En Thaïlande, il y a une circulation à gauche et la circulation est généralement beaucoup plus chaotique qu’en Allemagne. Cela se reflète également dans le nombre d’accidents de la route mortels, qui est beaucoup plus élevé en Thaïlande qu’en Allemagne. Environ 70 % des victimes sont des conducteurs de deux-roues. Les émigrants doivent donc être particulièrement attentifs et conduire prudemment dans la circulation routière.

Ouvrir un compte bancaire

Pour les émigrants, il est recommandé d’ouvrir un compte dans une banque thaïlandaise. Pour cela, ils doivent présenter certains documents.

Si vous vivez en permanence en Thaïlande et que vous ne voulez pas être en permanence à la recherche de bureaux de change, vous devez ouvrir un compte dans une banque thaïlandaise. Mais pour les étrangers, ce n’est pas si facile.

Certaines banques leur demandent de présenter de nombreux documents tels qu’un visa et un passeport, un certificat de résidence, un contrat de location ou même un permis de travail. Pour d’autres, il suffit d’une confirmation de résidence, qui peut être obtenue auprès d’un bureau d’immigration.

De nombreux émigrants déclarent que l’ouverture d’un compte bancaire devrait être plus facile dans les grandes villes comme Pattaya.

Louer en Thaïlande : ce que les émigrants doivent envisager

Ils devraient réfléchir très tôt à la question de savoir où et comment les émigrants veulent vivre en Thaïlande. Surtout pour ceux qui ne savent pas encore exactement où ils veulent vraiment s’installer de façon permanente en Thaïlande, il est conseillé de commencer par louer. Il y aura alors suffisamment de temps pour vérifier si l’endroit et les environs leur plaisent. Sur Immowelt.de, ils peuvent également chercher un appartement ou une maison appropriés en Allemagne.

Les étrangers peuvent généralement louer des propriétés en Thaïlande sans aucun problème. Il existe cependant certaines particularités, notamment en matière de droit du bail, que les émigrants doivent connaître.

La recherche d’un appartement à louer approprié

De nombreux émigrants s’installent principalement dans les points chauds touristiques de Bangkok, Chiang Mai, Pattaya, Hua Hin, Koh Samui et Phuket. Mais cela ne signifie pas nécessairement que les appartements doivent y être chers. Toutefois, si la propriété est proche de la mer, par exemple, cela se reflète également dans le prix.

Les « condominiums » (petits immeubles en copropriété) sont populaires. Il s’agit d’appartements situés dans des maisons à plusieurs étages ou des complexes résidentiels. Souvent, il y a aussi une piscine ou un studio de fitness ainsi qu’un service de sécurité, de sorte que tout le monde ne peut pas simplement entrer dans le complexe.

En Thaïlande, de nombreux locataires vivent dans ce que l’on appelle des condominiums (appartements). Il s’agit d’appartements dans un ensemble de bâtiments dans lesquels il y a souvent aussi une piscine.

« Ceux qui veulent vivre relativement simplement dans un tel appartement d’une trentaine de mètres carrés, avec piscine et studio de fitness dans le complexe résidentiel, peuvent s’attendre à payer des loyers à partir de 250 euros à Hua Hin », explique Christian Steinbach. Bien sûr, il n’y a pas de limite supérieure, dit l’expert du marché immobilier. « Le prix moyen d’un appartement de 42 à 50 mètres carrés avec une chambre à coucher à Hua Hin se situe entre 350 et 500 euros, selon la distance de l’appartement par rapport à la plage », poursuit-il.

En Thaïlande, la plupart des personnes à la recherche d’un appartement s’adressent aux agences immobilières locales. Toutefois, il existe également des portails en ligne qui proposent des appartements. L’un des portails les plus populaires est Fazwaz. Les chercheurs d’appartement y trouveront de nombreuses offres de copropriété.

« Surtout à Bangkok, le marché est en train de changer dans le sens où beaucoup de gens cherchent maintenant à travers ces portails. Mais les étrangers travaillent encore principalement avec des courtiers », rapporte l’expert thaïlandais Christian Steinbach.

Selon l’agent immobilier Steinbach, les annonces de logement en Thaïlande diffèrent quelque peu de ce à quoi les émigrants d’Allemagne sont habitués et sont généralement un peu moins détaillées qu’en Allemagne. Elle est généralement seulement énoncée :

  • Dans quel complexe se trouve l’appartement,

  • le nombre de chambres,

  • la taille

  • et le prix.

M. Steinbach ajoute que parfois, une annonce pour un appartement contient également des informations sur le fait que l’établissement est ou non gardé par un service de sécurité.

Cependant, on cherche en vain le montant des frais supplémentaires dans une annonce d’appartement thaïlandaise. « C’est parce qu’ils sont déjà inclus dans le loyer », explique l’expert immobilier. « La seule chose que les locataires doivent payer séparément sont les frais d’électricité, d’eau et éventuellement de connexion à Internet ».

Durée du bail, délais de préavis, dépôt de garantie : ces règles s’appliquent

Le droit de la location en Thaïlande diffère clairement sur certains points des réglementations légales auxquelles les locataires allemands sont habitués. Ce sont les différences les plus importantes en ce qui concerne la durée du contrat de location, les délais de préavis et le paiement des arrhes :

En Thaïlande, les locations sont principalement de courte durée et pour une période limitée. La plupart des contrats de location ne dépassent pas un an.

La durée minimale de location en Thaïlande est de 30 jours. Une période de location plus courte est considérée comme une opération hôtelière.

Les prix de location dépendent également de la période de location. Ceux qui ne louent un appartement que pour une demi-année paient plus que ceux qui signent un contrat de location pour un an.

Les contrats de location d’une durée supérieure à trois ans sont enregistrés auprès du bureau foncier. Il s’agit d’une autorité similaire à celle du bureau des terres en Allemagne.

Une résiliation anticipée n’est pas possible ou elle est associée à des pertes financières. « Si le locataire déménage plus tôt, c’est de la pure bonne volonté de la part du propriétaire qu’il rembourse ou non la caution », explique M. Steinbach.

En règle générale, les locataires ne sont pas tenus de fournir une déclaration volontaire, une preuve complète de leurs revenus ou une vérification de leur solvabilité. « Si un locataire cesse ensuite de payer le loyer, il est simplement licencié immédiatement et doit quitter l’appartement », explique l’agent immobilier.

La caution correspond généralement à un mois de loyer. Si les animaux domestiques sont autorisés à emménager, ils doivent généralement payer deux mois de loyer. À Bangkok, une caution de deux mois de loyer est généralement toujours due.

Les locataires sont souvent laissés pour compte

La Thaïlande a une législation très favorable aux propriétaires. « En pratique, cela signifie que les propriétaires peuvent choisir les conditions qui leur conviennent le mieux », explique l’expert immobilier Steinbach. Par exemple, si une personne quitte un appartement loué plus tôt que prévu, elle perd automatiquement la caution, selon l’expert.

En cas de litige, les locataires n’ont guère la possibilité de faire valoir leur droit à l’encontre du propriétaire devant les tribunaux. « Le locataire pourrait passer par un avocat, mais on peut se demander si cela est prometteur », déclare l’expert thaïlandais Steinbach. « En Thaïlande, les procédures judiciaires s’éternisent souvent pendant très longtemps. En outre, la législation est différente de celle en vigueur en Allemagne : même si vous gagnez le procès, vous devez payer les honoraires de votre avocat. Il est donc généralement plus onéreux d’aller au tribunal que de simplement renoncer à une caution mensuelle pour le loyer, par exemple.

Si vous voulez être sûr, vous ne signez un contrat de location que pour une courte période au début. « Nous recommandons à nos clients qui viennent d’arriver en Thaïlande de ne signer dans un premier temps qu’un contrat de location de trois mois. Pendant ce temps, ils peuvent regarder autour d’eux et voir s’ils aiment la région ou l’installation. Nous incluons alors dans le bail une option de renouvellement du contrat s’ils le souhaitent ».

Acheter une propriété en Thaïlande : difficile mais pas impossible

L’achat de biens immobiliers est déjà plus difficile en Thaïlande. En principe, les étrangers ne sont pas autorisés à posséder des terres en Thaïlande. L’achat de biens immobiliers est toujours possible, mais le chemin pour y parvenir est plus compliqué.

Le quota d’étrangers limite les possibilités d’achat

L’interdiction pour les étrangers de posséder des terres s’applique sans restriction dans toute la Thaïlande. Toutefois, cela ne signifie pas que les étrangers ne pourraient pas acheter des appartements individuels dans une maison. « Les étrangers peuvent posséder des appartements dans des copropriétés enregistrées », explique Christian Steinbach, « mais il y a un quota pour les étrangers. Cela signifie qu’au moins 51 % de la surface habitable totale doit être entre des mains thaïlandaises », explique l’agent immobilier. Dans une maison de 1 000 mètres carrés de surface habitable, au moins 510 mètres carrés de surface habitable devraient appartenir à des Thaïlandais. Le reste peut être acheté par des étrangers.

Acheter une maison uniquement par des détours

Lors de l’achat d’une maison, les choses se compliquent maintenant : les étrangers peuvent acheter la maison elle-même, mais pas le terrain sur lequel elle se trouve. Pour que cela soit possible, les acheteurs doivent conclure, en plus du contrat d’achat, un contrat dit de bail pour le bien immobilier. Elle est valable pour trente ans et peut être renouvelée deux fois pour 30 ans supplémentaires. De cette façon, les droits d’utilisation sont transférés à l’acheteur de la maison, tandis que la terre elle-même reste entre les mains des Thaïlandais.

Dans la vieille ville de Phuket, il y a de belles maisons de style portugais. Si les émigrants veulent acheter une maison en Thaïlande, ils doivent choisir une procédure spéciale.

« Ce processus est comparable au droit de construction héréditaire allemand, à la différence qu’aucun paiement annuel n’est effectué. Tous les paiements sont déjà inclus dans le prix d’achat », explique Christian Steinbach, expert en immobilier. Il est bien sûr concevable qu’à l’avenir le gouvernement thaïlandais assouplisse ou annule complètement ces restrictions pour les étrangers lors de l’acquisition de terres. Il est donc conseillé de tenir compte de cette possibilité dans le contrat de bail. « Nous ne proposons des biens immobiliers que lorsque le contrat de bail contient une clause stipulant que les étrangers ont une option d’achat du terrain au cas où la loi thaïlandaise changerait en faveur de l’étranger à l’avenir », souligne Christian Stenbach.

Celui qui veut vendre la maison après quelques années peut le faire sans plus attendre. Pour le nouvel acquéreur, un nouveau contrat de bail est alors simplement établi moyennant des frais de dossier.

Acheter des biens immobiliers en Thaïlande : comment procéder ?

La procédure d’achat de biens immobiliers diffère sur certains points de la procédure en vigueur en Allemagne :

Étape 1 : La recherche de propriété

En Thaïlande, il est très courant de rechercher une propriété par l’intermédiaire d’un agent immobilier. Cependant, il existe aussi des sites web immobiliers qui valent la peine d’être visités.

De nombreux émigrants recherchent un bien immobilier approprié par l’intermédiaire d’agents immobiliers allemands actifs en Thaïlande. S’ils veulent commencer leur recherche à partir de l’Allemagne à un stade précoce, ils peuvent également trouver de nombreuses propriétés attrayantes sur Immowelt.de.

Contrairement à de nombreux endroits en Allemagne, en Thaïlande, c’est toujours le vendeur qui paie la commission. Le montant de la commission varie beaucoup d’une région à l’autre. Selon l’agent immobilier Steinbach, le montant moyen de la commission se situe entre 3 et 7 % du prix d’achat. Pour les propriétés existantes, des coûts de 3 à 5 % sont généralement les seuls coûts encourus. Pour les nouveaux bâtiments, une commission de 5 à 7 % s’applique.

Étape 2 : Nomination d’un avocat

Une fois que le bon bien a été trouvé et que le prix d’achat a été négocié avec le vendeur, la plupart des émigrants engagent un avocat. Cet avocat vérifie tous les documents et s’assure qu’il n’y aura pas de mauvaises surprises pour l’acheteur à l’avenir :

Par exemple, il vérifie s’il y a des sites contaminés sur la propriété ou si des routes sont prévues sur la propriété,

il prépare ou révise les contrats d’achat,

il effectue le transfert de propriété et a donc une sorte de fonction notariale.

Étape 3 : Transfert de biens immobiliers

En Thaïlande, comme en Allemagne, il existe également un bureau du cadastre, qui s’appelle Land Office. Ce bureau établit un acte pour chaque propriété. Le propriétaire actuel est toujours inscrit sur ce certificat. Ainsi, l’historique complet de la propriété peut être retracé au moyen du certificat. Même si les étrangers louent un terrain, cela est noté sur l’acte de propriété ainsi qu’au bureau foncier.

Même si les acheteurs ont l’acte, ils doivent retourner au bureau foncier pour obtenir une garantie et le faire vérifier, par exemple, si leur propriété est grevée par des tiers.

Ces taxes et redevances sont encourues

En Thaïlande également, divers impôts et frais sont encourus lors du transfert de l’achat d’une propriété :

Frais de transcription : 2 %,

Droit de timbre : 0,5 %,

Retenue à la source : 1 %,

Taxe professionnelle spécifique : 3,3 % – une sorte d’impôt sur la spéculation, mais seulement si la propriété est détenue par le propriétaire pendant moins de 5 ans.

Ces coûts sont généralement répartis à parts égales entre l’acheteur et le vendeur, explique l’agent immobilier Steinbach. Il est important de savoir que les pourcentages ne se réfèrent pas au prix d’achat, mais à la valeur que le bureau foncier estime pour la propriété. Cette valeur est généralement inférieure au prix d’achat, car elle n’est renouvelée par le bureau foncier que tous les 4 ans.

Les avantages de la Thaïlande

Ce sont surtout les retraités qui profitent de leur retraite en Thaïlande, car le climat y est agréablement chaud et le coût de la vie est faible par rapport à l’Allemagne.

Les émigrants en Thaïlande ne sont jamais des invités que pour un temps limité, car un permis d’immigration permanent ou même une citoyenneté thaïlandaise est pour peu de gens une perspective réaliste. Néanmoins, les retraités, en particulier, peuvent passer leur retraite dans ce pays tropical et bénéficier du coût de la vie moins élevé. « Bien sûr, cela dépend aussi de la région dans laquelle vous vivez et du niveau de vos propres normes, dit M. Steinbach. « En général, cependant, je dirais que la vie en Thaïlande est environ 30 % moins chère qu’en Allemagne », estime l’expert thaïlandais. Vivre à bon marché au paradis sous le soleil et les palmiers – si vous avez surmonté tous les obstacles liés aux visas, ce rêve deviendra réalité pour vous.